Ca y est ! Bwin.party est enfin autoriser à proposer de manière légale des paris sportifs, du poker et des jeux de casino en Belgique. Bwin.be permettra donc aux joueurs belges de se retrouver avec de joueurs du monde entier. Déjà leader dans son domaine, le site devra payer une taxe de 11 % et ne sera soumis à aucune autre restriction en matière d'impôt pour les différents jeux que le site proposera.

Bwin.be possède donc à présent une licence A+, tout comme ses confrères PokerStars, Unibet, Poker770, GoldenPalace.be, Win2day et Unibet, qui les autorise à proposer des jeux de casino en ligne. Avec cet accord, Bwin devient alors le huitième site à exploiter une licence F1+, autorisant le site à proposer des paris sportifs en Belgique.

Pour ceux qui ne le savent pas, les opérateurs qui aurait la volonté d'obtenir une licence belge pour proposer des jeux d'argent doivent avant toute chose déjà être présents physiquement sur le en Belgique. Pour Bwin, c'est à travers le Casino Kursaal à Oostende, propriété d'une filiale du Groupe Partouche, Belcasinos, que le site manifeste sa présence physique.

C'est après de longues procédures et négociation entre Bwin et l'autorité de régulation que cela a été possible. Le site faisait partie de la liste noire des opérateurs qui devait payer une amende de 75 000 euros sur une décision de justice belge pour avoir proposer des jeux de casino et du poker sans licence à la population. Mais Bwin ne s'est pas laissé faire et a toujours nier ces accusations. Ils ont d'ailleurs intenté à leur tour un procès contre le gouvernement belge pour infraction aux lois européennes en vigueur. Un procès à la suite duquel la Commission Européenne plaidait en faveur de Bwin en estimant que les conditions exigées par la Belgique, dont l'obligation d'être associé à un casino basé sur le territoire belge, allait à l'encontre du principe d'ouverture des marchés soutenus par les traités européens.

Les choses avaient été attisées en novembre par l'arrêtions d'un dirigeant de bwin.party, Norbert Teufelberger, par les autorités belges à Bruxelles. A la suite cet évènement, tous les responsables de l'industrie avait fait part de leur soutient face à cette situation au travers d'une lettre publiée dans le Financial Times, qui dénonçait le harcèlement et l'intimidation exercé par les autorités belges. Cependant, avec l'obtention de cette licence, ce conflit devrait prendre fin.

Bwin.party déclarait par la voix de son porte-parole que « ce qui se passe en Belgique est le fruit d'un effort de notre part, afin de satisfaire aux exigences des autorités belges. Mais les problèmes posées par la régulation en vigueur demeurent et ils ne devraient pas être résolus tant que la Commission Européenne n'aura pas pris position et défini clairement son plan d'action en ce qui concerne les infractions aux traités en vigueur dans l'Union Européenne ».